La Mer Intérieure des Moaréides

Publié le par Eledor

 Thun-Fral est un double pays, alors que certains le croit inhabité ou même pays unique. Un partie terrestre, habitant surtout divers animaux ou autres elfes, et la partie sous marine. Séparée de l'océan par une chaîne de montagnes acérées dans l'eau. Les Moaréides y vivent. Ils sont également appelés les Elfes des Mers.

 Leurs peaux varie du cyan, turquoise ou même bleu. Sur cette dernière, des rayures plus foncées peuvent apparaître. Plus la peau est claire, plus est est diaphane, se qui leur donne l'apparence de spectres. Leurs cheveux transparents pour la plupart, blancs pour les autres. Ils aiment l'eau plus que l'air frais. Ils peuvent également respirer dans ce milieu. Les maisons de la capitales Ufalgar sont reliées par des chemins au centre de la ville, le palais de verre. Les portes des maisons sont scellées par des runes, empêchant l'eau d'y entrer.

 Cependant, certains de ces êtres étranges s'aventurent hors de la Mer Intérieure pour vivre dans la partie terrestre de Thun-Fral. Ils y vivent soit pour profiter d'une nouvelle vie, ou bien alors se reclure loins des autres. Les Orséides ont longtemps demandés cette partie du pays, mais les Moaréides n'aimaient pas la guerre. Et la race Tribale avait tendance à l'attirée.

 En effet, ces elfes aquatiques vivent en paix depuis leur créations. Ou presque, car quelques conflits ont inclus ces pacifistes dans les armées de l'empire Ayléide. Et personne ne cherchait à envahir leur double pays. Ils sont nommés les immortels, pour deux raisons. D'abord, leur corps constitué magiquement d'eau les empêche d'êtres touchés, et seul la foudre les rends vulnérables. La deuxième, c'est que le rois de cette race, Nelevrim, est le dernier Aaldéide (premier né) encore en vie connu à ce jour. Personne ne peut pénétrer dans la citée d'Ufalgar, car elle est construite très profondément dans l'eau et protégée par des dragons de mes géants. Ils avaient appris à les apprivoiser.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article