Chapitre 10

Publié le par Eledor

10

Frère


 

Une fois réhydraté et remis d'aplomb, Noriel scruta la salle ou il était retenu. « Faites en sorte qu'il ne sorte pas, il dois se reposer » avait dit Eron au garde.

Ne pouvant pas sortir, il s'allongea sur son lit. Une jeune fille entra aussitôt dans la pièce, et fut visiblement surprise de le voir réveillé. Elle était embarrassée, même si elle devrait être contente de le voir rétabli. C'était une servante, plutôt timide. Elle resta un moment immobile, sous le regard interrogateur de Noriel. Elle se rapprocha du lit comme si de rien n'était, et s'assit près de lui, essayant de lui éponger le front. Il se débattit, disant que ce n'était pas nécessaire, mais elle le regarda d'un air sévère, l'obligeant à se laisser faire.

C'était gênant pour lui, mais il dut avouer que la fraîcheur de l'eau sur le front le soulageait. La pièce elle même était refroidie, même si cela restait rudimentaire. Mais la jeune servante n'avait pas froid. Elle se contentait de faire son devoir, sans se plaindre.

Tu te sens mieux ? demanda t elle d'une voix innocente.

Mieux, merci ! la remercia t il.

Pendant qu'elle rangeait touts se qu'elle avait sortie, Noriel la regardait bizarrement. Elle ne s'en rendit pas compte tout de suite.

Oui ? demanda t elle, gênée.

Oh pardon, c'est juste que … tu me faisait penser à quelqu'un.

Elle le regarda d'un air encore plus indécis et interrogateur.

Oublie, ce n'est pas grave ! la rassura t il.

On m'a demandé de rester là pour veiller sur toi, avoua t elle après un moment.

Pourquoi ?

Tu as fait une déshydratation. Tu devras rester ici un moment. Tu pourrais t'évanouir à tout moment.

Il n'eut pas le courage de refuser, et surtout aucune raison. Il n'aimait pas tellement être seul, et cette fille était une bonne compagnie. Il aimait parler de tout et de rien, alors qu'il était censé se reposer.

Dis moi, demanda t elle curieuse, à quoi ressemble Merilod ?

Tu veux savoir ? C'est superbe ! Ça brille de partout ! La neige reflète la lumière tel un miroir. Les grands lacs glacée sont superbes. Il y a des plaines d'herbes blanches aussi, des forêts magnifiques, parfois faites d'arbres de glaces. Le plus haut mont d'Eledor, la Montagne Créatrice, n'a été grimpée qu'une seule fois : par notre conseiller. Mais il faillit mourir, et personne ne réussi l'entreprise après lui. Il paraît que depuis le sommet, on peut voir une grande plaine de nuage, ou alors lors d'un ciel dégagé, tout le continent ! Ah, je ne t'ai pas parlé de Caldria … Voyons, comment expliquer : elle est construite dans une vallée de glace et de neige. Les bâtiments sont faits d'ivoire d'argent. Ils brillent de milles feux. Il y a une grande cascade gelée au fond de la ville, en dessous de palais en haut de cette vallée !

Il parlait tellement vite qu'elle du s'accrocher pour tout suivre, mais elle réussi à ne pas en perdre une miette.

J'aimerais tellement y être ! avoua t elle envieuse.

Si touts les Magéides réagissent de la même façon au froids, tu vas regretter d'y aller ! dit il en rigolant devant le sourire de son interlocutrice.

Qu'est-ce que l'ivoire d'argent ?

Un métal blanc et brillant. On l'appelle comme ça car il est fait d'ivoire enchantée.

C'est génial ! s'exclama t elle. Et … tu m'avais dis que je ressemblait à quelqu'un, n'est ce pas ? Qui est-ce ?

Pardon ? Ah oui ! Je t'avait dit que tu me faisait penser à quelqu'un. En faite tu est le portrait craché de la sœur d'Eron !

Elle rougie jusqu'aux oreilles, sa peau sombre virant au rose.

En parlant du prince …

Noriel lui adressa un regard interrogateur, alors qu'il commençait a boire un verre d'eau.

Il y a des rumeurs qui disent que … le rois voudrait me marier avec le prince … annonça t elle timide.

Noriel ne pu s'empêcher de cracher la moitié de ce qu'il avait ingurgité, en entendant marier et le prince dans la même phrase. Il regarda avec des yeux ronds la jeunes fille, qui n'osait plus montrer son visage.

Tu … tu es sérieuse ?!

Ce sont juste des rumeurs ! justifia t elle. Pourquoi ça t'a fait un tel effet ? Une telle réaction ?

Eron et les filles, ça fait deux ! Désolé si je rigole, mais c'est la vérité !

Vraiment ? Il a l'air charmant pourtant.

Noriel regarda encore une fois la fille d'un regard insistant.

Vraiment ? Tu l'aime ?

Elle le frappa sans se contrôler avant de s'excuser. « Un aire de déjà vus » pensa t il.

Je suis désolée …

Oublies, mais réponds : tu l'aimes ?

Je … je n'ai pas le droit d'aimer un prince …

Bien sur que si ! rétorqua t il. J'ai bien réussi à devenir son amis le plus précieux, alors toi tu peux faire se que tu veux ! lança t il avec un sourire.

Acquiesçant timidement, et n'y croyant pas une seule seconde, elle rangea ses affaires, et parti vers la porte. Noriel lui demanda son nom avant.

Astreya.


 

Dania cru mal entendre les dernières paroles du conseiller.

Oui, te protéger jeune fille, répondit il.

« Dania, tais toi je t'en pries ! » voulu dire Eron.

Non ! Je n'ai nullement besoin que l'on me protège ! protesta t elle. Je suis la princesse et l'héritière légitime du trône de Merilod, je ne m'abaisserais pas à ça !

Sans qu'elle ne le vit arriver, Albram arriva devant elle, posa son doigt sur son front et d'un petit mouvement, envoya valser la princesse à terre sous les regards inquiets d'Eron.

Cet assassin aurait pu te tuer avant même que tu aurait fini ta phrase, la provoqua Albram. Estime toi heureuse que nos deux pays soient alliés, sinon je n'aurait pas hésité. Je ne suis pas très patient.

Elle se releva vivement, prête à riposter mais le prince l'en empêcha. Il lui fit un non de la tête.

Tandis qu'il appartient à la famille royale, je connaît ses capacités, continua t il. Tu sera en sécurité avec moi. Enfin si tu te montre patiente.

Elle regarda à tour de rôle Eron et Albram, sans comprendre.

De la famille royale ? Comment ça ?

Il maîtrise la téléportation, c'est pourtant évident.

Tu n'as rien dit de tout cela, ni à moi ni à Noriel, Eron, s'énerva la princesse. Pourquoi ?

Je ne veux pas que Noriel se mette en route de cet assassin, et j'ai décidé de ne pas en parler. Et je vous rappelle que vous avez l'examen Eldar qui commencera bientôt. C'est ce qui était convenu non ?

Dania avait complètement oublié cet accord, mais elle avait consenti ce jour là. Et même si être sous la garde d'un conseiller qu'elle ne connaissait pas ne l'enchantait guère, elle n'avait pas le choix.

Mais dites moi Albram, demanda Dania au conseiller, quel est le rapport entre la téléportation et la famille royale ?

Une princesse qui ne sait pas ça ? ricana Albram. Chaque membres d'une famille royale possède un attribut héréditaire. Vous, par exemple, est le Loliath.

Voyant son ignorance totale, il continua :

La glace bleue qui constitue les porte de votre temple par exemple. Une glace qui est très résistante et très rapide à créer. Mais elle demande de l'entraînement et le sang royal. Eron, tu peux nous laisser.

N'ayant pas le courage de contester, il parti de la pièce, ayant pour but d'aller voir Noriel. Albram et Dania étaient seuls dans la même pièce. Le conseiller écrivait, et Dania lui posait d'autres questions, avide de savoir, oubliant l'affront qu'il lui avait fait subir à l'instant.

 

En chemin, Eron croisa Astreya. Elle lui lança un sourire timide, qu'il lui rendit immédiatement. Il entra dans la petite chambre en ressentant immédiatement le froid, et voyant Noriel assit sur son lit, buvant un verre d'eau.

J'imagine que tu en es au moins à ton dixième verre, ironisa t il.

Oh, salut ! lui répondit il, reposant le verre. Non, j'en suis à une quinzaine.

Je suis rassuré que tu ailles mieux. J'ai confié Dania au conseiller de Malvoron, mon oncle.

Il le regarda d'un air inquiet.

Pourquoi ? Elle vas bien ? demanda t il.

Oui, mais je dois te parler de quelque chose. Je ne voulais pas t'en parler en Merilod, et tu commençais à mourir ici.

N'exagères pas.

Bon. Ne m'interromps pas, demanda t il avant l'acquiescement de son amis. Nigareth était près de nous lors d'une nuit. Je présume qu'il a été engagé pour Dania, étant la princesse des Horaléides, mais ce n'est qu'une hypothèse. Et Albram est un bon maître et entraîneur.

Je vois … je suis trop fatigué pour être choqué ou énervé après tout. Mais en quoi le fait qu'il soit un bon maître soit un avantage ?

L'éliminatoire, l'arène, les Eldars, tu n'as pas oublié ?

Noriel se frappa le front, venant de se rappeler le pacte.


 

La nuit arriva. Dania aida le conseiller à ranger ses papiers, chose qu'elle n'avait jamais faite. Elle était, étrangement, passionnée par ça. Dommage qu'elle ne puisse pas devenir conseillère. Albram ne trouvait pas sa compagnie particulièrement dérangeante. Il l'autorisa même à le tutoyer. Il n'avait jamais été aussi familier avec quelqu'un, mais cette petite effrontée était une présence qui lui rappelait beaucoup la princesse décédée.

Dis, Albram, tu es bien l'oncle d'Eron ?

Oui, murmura t il.

Tu es donc le fils cadet du roi ?

Non, l'aîné.

Comment ça ? Tu n'es pas devenu le roi ? demanda t elle.

Chez nous, le fait que l'aîné soi rois importe peu. Et je n'y était pas particulièrement intéressé. J'ai même refusé le nom d'Eron III, et mon frère m'a donné son nom, Albram. Comme tu as pus le voir, je suis plutôt dormeur. Je pensait qu'être rois était plus fatiguant que le rôle d'un conseiller, mais je fut fort surpris lors de mes premiers jours de travail. Même si je ne dort plus comme avant, j'ai au moins une bonne raison de le faire.

Dania reprit alors espoir de pouvoir devenir conseillère un jour, même si elle était fille unique.

Et Nigareth, l'assassin, est de la famille royale ? continua la princesse curieuse.

Forcément. Mais je ne connais personne de ce nom, hormis le fils de l'ancien conseiller. C'est sûrement un surnom pour cacher son identité, pour garder son anonymat. Cependant, je connais touts les membres de la familles royales. Personne ne ferait une telle chose, tandis que le jour du meurtre de Mina touts les membres étaient soit au palais, soit en escorte près du roi, comme le prince. Cet assassin est donc peut être un enfant caché. Un fils, vu que c'est un homme d'après votre amis.

Donc, Nigareth, est son vrais nom ?

Je ne sais pas, avoua Albram, les assassins cachent leurs identités. Mais il a l'air intéressé par Noriel, et lui a peut être donné son nom volontairement. Pour enquêter sur un assassin, les noms importes généralement peut.

Après un lourd silence, Dania reposa ses questions de plus belle.

Vous connaissez la mère de Noriel ?

Oh, et comment ! s'exclama t il. Elle était une Eldar particulière. Mais se qui la concerne est confidentiel.

Combien y a t il de membres de votre famille royale ?

Un petit nombre, répondit il en cherchant dans sa mémoire. Il y a le rois Eron III, son fils Eron IV, moi, la reine Junia, mon autre frère Holkios, ses enfants Ramia, Kolos et Hali, sa femme Hamrial, son beau frère décédé Boris, nos parents Eron II et notre mère, décédée il y a peut, Los. Je pense en oublier certains.

Moi, reprit Dania, je ne connaît que mon père et ma mère, ainsi que le conseiller.

Tu avais un oncle, à l'époque, lui répondit Albram avant de replonger dans son travail. Dania l'imita.

 

On toqua à la porte. « Entrez ! » cria Albram. Un jeune homme entra.

Il était masqué. Sa tenue, noire, ne laissait aucun doute sur son identités et sa profession. Dania le regarda, incrédule, sans savoir qui il était mais Albram, lui, le regarda d'un air suspicieux. Mais il le laissa approcher, ayant de légers doutes. Un assassin n'aurait pas frappé à une porte … mais on était jamais trop prudent.

Mais lorsqu'il aperçut le sang séché sur sa tenue, il n'avait plus aucun doute. Il se leva, et se mit en position d'attaque. Nigareth était il venu pour la princesse ? Celle-ci, ayant compris la situation, prépara un enchantement. L'assassin ricana, et leva sa main. Albram ne le laissa pas continuer. Il créa un mur de flamme entre-eux. Mais Nigareth avait disparu, déjà derrière le conseiller, et le frappa dans le dos, puis le projeta sur le mur à coter.

Dania lança désespérément un enchantement sur lui, mais il esquiva sans mal. Il se posta devant elle avec une vitesse surprenante, et l'assomma d'un tranchant de la main. Albram porta secours à la princesse en envoyant une boule de feu sur l'agresseur, touchant légèrement son épaule. Mais il ne laissait aucune impression de douleur sur son visage : il avait un regard indifférent. Les assassins n'avaient aucune valeurs de la vie pour certains. Des regards haineux, moqueurs, ou vides et tristes pour d'autres.

Nigareth claqua des doigts. Albram senti une incroyable force magique planer dans la pièce et attrapa Dania, et sorti de la pièce en se téléportant.

Il était en dehors du palais, et observa la pièce où il était. Elle explosa violemment. Des pierres volèrent dans touts les sens. Des domestiques s'affolèrent. Albram allongea la princesse à terre, ordonnant à un Eldar aux alentours de la protéger.

Il courut vers la pièce en feu. Il s'arrêta net en observant un spectacle qu'il aurait espéré voir avant.

Un homme tenait le bras de l'assassin. Celui-ci le regardait, toujours avec le même regard. Cet homme était Eron III.

Son grand habit de tissu était impressionnant. Sa couleur rouge et noir, avec des nuance d'or. Sa couronne noire sertie de pierres blanche était placée en équilibre sur le coté de son crâne. Sans que Nigareth s'en aperçoive, le rois le plaqua au sol. Son regard était un peut différent, mais cela restait très peut perceptible.

Le prince arriva un peut plus tard. Son regard effaré restait posé sur l'assassin au sol.

J'ai vérifié que Noriel dormait. Il ne faut pas qu'il le voit.

Très bien, répondirent en même temps les deux frères.

Mais un imprévu se produisit. Nigareth se téléporta non loin du prince, derrière lui.

Le rois voulu se précipiter vers son fils, mais Albram l'en dissuada. Nigareth avait la main sur le dos d'Eron. Celui-ci était calme. Il savait qu'il ne devait pas bouger. Cela l'irritait, mais une fausse action pouvait entraîner la chute du royaume. Un assassin était dans la capitale.

L'assassin de bougeait pas non plus, comme s'il attendait quelque chose de la part des trois Magéides présents. Un mur de flamme entoura la pièce détruite. Ils étaient seuls. Eron ressenti une intense chaleur sur son dos, qui était sans doute mauvais signe.

Le roi, calme et calculateur d'ordinaire, était instable. Il avait perdu une fille, mais ne supporterait pas de perdre un enfant de plus. Albram le comprenait, mais dans cette situation, Nigareth était le seul maître. Que voulait il, par ailleurs ? Son regard ne changeait pas. Il ne parlait pas. Il avait juste créé une barrière de flamme – ce qui était prodigieux pour son âge. Eron avait une très forte envie de le frapper, de réagir. Une pensée soudaine intervint dans son esprit. Et si Tana avait engagé cet assassin ?

Tout juste, dit ce dernier, comme si il avait deviné les pensées du prince.

Il venait de parler pour la première fois. Sa voix était la même que Eron, se qui sembla troubler le roi.

Albram rassembla toutes les pièces du puzzles. Ce n'était pas la princesse la cible de départ, mais bien Eron. Une chance qu'il soit venu dans la pièce du conseiller avant. Mais il ne voulait pas le tuer, il serait donc sans doute indemne. Il s'inquiétait également pour Noriel.

Je connais tes pensées cher conseiller, rétorqua l'assassin. L'emplacement de Noriel m'importe peut. Pour le moment.

Albram ne comprenait pas.

Je lis l'incompréhension sur ton visage. Laissez moi vous expliquer. Je lui ai dit de se ramener à moi, donc je ne le cherche pas. Il n'y a que deux raison de ma présence : l'une d'elle est devant moi. Mon frère.

Tous étaient sans voix. Eron, lui, avait les yeux ronds. Un frère ?

Qu'est-ce que tu raconte ?! hurla le roi. Je n'ai qu'un seul fils !

Votre femme, la reine, prouvera le contraire. Je vous rassure, elle ne vous a pas trompée. Je suis son frère jumeau.

Eron n'en croyait pas ses oreilles. Pendant toutes ses années, il croyait être le seul fils. Mais un autre frère était là, derrière lui. Le rois non plus n'en revenait pas. Pourquoi la reine lui avait elle cachée ce fils ?

Quelle est la deuxième raison de ta présence ? demanda Albram, suspect.

J'y viens, répondit calmement Nigareth. Eron, tu es la seule personne en contact avec Noriel. Et tu es aussi la seule personne avec qui je pourrais être en contact discrètement. Tu devra t'assurer qu'il reste en vie, et qu'il ne parte sur mes traces que lorsqu'il sera devenu Eldar. Sinon, adieux cette jeune et douce petite fille qui vous accompagne.

Mais pourquoi ? demanda faiblement Eron. Que veux tu de lui ? Ça ne t'as pas suffi de tuer sa mère ?

C'était juste une mission. Mais je ne m'attendait pas à ce que son fils me court après. Je l'ai d'abord ignoré, mais il avait des qualités intéressantes. Le même regard dans ses yeux que la personne que je traque. J'attends quelque chose de lui. Cela est personnel.

Qui traques-tu ? demanda Albram.

Nigareth lâcha son frère, qui s'écarta aussitôt. Le roi en profita pour se jeter sur lui et l'attaquer. La barrière de flamme disparut, et Nigareth s'enfuit rapidement d'un grand bond. Après avoir regardé d'un coin de l'œil une ombre derrière le palais, il disparut dans un voile de flamme.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article